Accueil du site
Accueil / COLLECTIONS / Les partitions / Les Nuits d'été
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

COLLECTIONS

Les Nuits d'été

Les Nuits d'été, six mélodies avec piano (orchestrées de 1843 à 1856), poèmes de Gautier (Villanelle / Le Spectre de la rose / Sur les lagunes / Absence / Au cimetière / L'île inconnue ).

Seules Les Nuits d'Eté ont été conçues dès l'origine comme un cycle de mélodies. Composé à partir de 1834 sur des poèmes de Théophile Gautier pour mezzo -soprano ou ténor et piano, le recueil des Nuits d'Eté réunit les mélodies les plus accomplies de Berlioz. Orchestré en deux temps, en 1843 puis en 1856, ce cycle magnifique nous entraîne à travers une multitude d'atmosphères et de paysages. Il signe l'acte de naissance de la mélodie française avec orchestre.

 

"Que mon sort est amer!

Ah, sans amour s'en aller sur la mer!"

(Sur les lagunes)

 

L'amour sert à Berlioz de fil conducteur : souvent amour perdu, à tout le moins amour fragile. plusieurs poèmes renferment une évocation de la mort accompagnée de ses attributs traditionnels: tombe, linceul, fantôme, spectre. L'idée du voyage, également trés présente, s'associe symboliquement à la séparation et à l'incertitude des retours, selon un schéma éprouvé qui fait penser à Ulysse et Calypso, Didon et Enée, Tristan et Iseult, etc. Si l'on excepte le premier poème, la tonalité générale des textes est plutôt sombre.

Le musée Hector-Berlioz conserve quatre des six partitions autographes des Nuits d'été dans leur seconde version pour orchestre datées du début des années 1852 : Le spectre de la rose, Au cimetière, L'ile inconnue et Sur les lagunes.


Découvrez d'avantage l'oeuvre musicale du compositeur sur le site www.hberlioz.com