Accueil du site
Accueil / LES EXPOSITIONS / Divas. Les interprètes de Berlioz
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

LES EXPOSITIONS

Divas. Les interprètes de Berlioz

L'exposition

Alors que l'on fêtait en 2007 les 30 ans de la disparition de La Callas, la cantatrice Cécilia Bartoli ressuscite cette année celle qui incarnait la diva romantique par excellence : la Malibran. Le Musée Hector-Berlioz saisit ces opportunités pour proposer une nouvelle exposition évoquant les cantatrices qui créèrent les rôles féminins de Berlioz puis celles qui, jusqu'à nos jours, interprètent le répertoire du compositeur.

"... Elle va au delà de l'idéal. [...] Chant, passion, beauté, elle a tout : rage contenue, violence sublime, la menace et les pleurs, l'amour et la colère... Entendre Grisi chanter [...] est un des plus grands plaisirs qu'on puisse rêver : l'œil, l'oreille et l'âme sont également satisfaits ; le peintre, le musicien et le poète trouvent chacun l'idéal de leur art."
Th. Gautier, Les Beautés de l'Opéra

De Cassandre à Didon dans Les Troyens, de Marguerite dans La Damnation de Faust à Béatrice dans Béatrice et Bénédict ou Teresa dans Benvenuto Cellini, toutes furent les figures féminines rêvées du compositeur et les premières «idoles» de l'histoire de la musique. Mais qui sont, à côté des musiciens et des instrumentistes, ces divas, créatures «sublimes», dont le corps est l'instrument ?

De Pauline Viardot (sœur de la Malibran) à Maria Callas, de La Melba à Susan Graham, en passant par Ninon Vallin ou Régine Crespin, celles qui succédèrent aux castrats grâce à la pureté de leur voix donnèrent naissance à un culte de la personnalité et à un mythe qui inspira tous les artistes, soulevant les passions les plus enflammées auprès des célébrités et du grand public. Adulées par les uns, fascinant les autres par leur virtuosité et leurs prouesses vocales - ou leur physique de charme... -, ces héroïnes dont l'heure de gloire se situe à la période romantique avant de renaître après la deuxième guerre mondiale, furent les déesses du chant et les reines de la scène, bien avant les stars du show business.

Aux côtés de documents originaux et de partitions dédicacées du musicien, l'exposition rassemble de superbes portraits de chanteuses d'opéra qui ont marqué les XIXe et XXe siècles, appartenant aux collections du musée ou provenant du Musée-Bibliothèque de l'Opéra et de la Bibliothèque nationale de France. Le Centre National du Costume de Scène nouvellement installé à Moulins prête de façon exceptionnelle la robe créée pour Régine Crespin dans le rôle de Didon (Les Troyens) à l'Opéra de Paris, caractéristique de l'esthétique de scène des années 1970.

L'auditorium du musée se prête à l'écoute d'enregistrements historiques et à la projection d'opéras filmés pour redécouvrir des artistes lyriques dont la personnalité a envoûté les foules. En contrepoint, une collaboration avec Le Magasin, offre au public une sélection d'œuvres vidéographiques contemporaines sur le thème de la voix féminine.

Exposition temporaire de l'année 2008

La publication

Vignette Divas

Divas

Guillaume Bordry, Cécile Reynaud, Christian Wasselin et Patrick Barruel-Brussin

Figures emblématiques de la musique, les cantatrices furent les premières "idoles" de notre histoire culturelle. Mais qui sont ces divas, dont le corps est l'instrument ? Ne devrait-on ...
Lire la suite
Partager cette page  

  Accueil

Nous joindre