Accueil du site
Accueil / LES EXPOSITIONS / Berlioz et Hugo. Fantasmes d'Orient
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

LES EXPOSITIONS

Berlioz et Hugo. Fantasmes d'Orient

L'exposition

Peu après leur parution en 1829, Hector Berlioz est littéralement séduit par la lecture des Orientales de Victor Hugo. Il compose alors une première mélodie. Et c'est en Italie, lors de son séjour à la Villa Médicis qu'il met en musique La Captive, autre poème des Orientales. De retour en France, Berlioz rencontre à plusieurs reprises l'écrivain ; dès lors naît une profonde amitié et une admiration réciproque entre les deux hommes, qui perdurera jusqu'à l'exil de Victor Hugo.

L'exposition rassemble un patrimoine exceptionnel : portraits de Berlioz et Hugo, correspondance, partitions originales et manuscrits appartenant au musée ou provenant de la Bibliothèque de Grenoble et de la Bibliothèque Nationale de France. Des tableaux et des estampes prêtées notamment par le Musée d'Orsay viennent ici illustrer la vague orientaliste qui envahit la littérature, la musique et la peinture au début de XIXe siècle. Compromis entre fiction et réalité, ce mouvement donne lieu à des représentations d'un Orient sorti des Mille et Une Nuits : fontaines et bains turcs, scènes de harems feutrés, femmes mystérieuses et ... offertes.

Exposition temporaire de l'année 2004

La publication

Vignette Berlioz et Hugo, fantasmes d'Orient

Berlioz et Hugo, fantasmes d'Orient

Violaine Anger, Arnaud Laster et Dominique Massonnaud

Autour des années 1830, Hector Berlioz compose à partir des Orientales de Victor Hugo plusieurs mélodies : La Captive, Sara la Baigneuse... Puis l'écrivain demande à Hector Be...
Lire la suite
Partager cette page  

  Accueil

Nous joindre